English 日本語       Guide de Tokyo - art, culture et sorties

Exposition « Foujita: Une rétrospective »

0

page 1 (1/2) « Description » 2 page suivante

  • Foujita: A retrospective
    ― Commemorating the 50th Anniversary of his Death

    (Foujita: Une rétrospective – Commémoration du 50e anniversaire de sa disparition)

    31 juillet – 8 octobre 2018
    Musée d’art métropolitain de Tokyo

     
    Né au Japon, Tsuguharu Fujita (Léonard Foujita 1886-1968) compte parmi les grands peintres de l’Ecole de Paris. Il a séjourné plus de la moitié de sa vie en France.

    Cette exposition, organisée en commémoration du cinquantenaire de sa disparition, aborde l’art de Foujita sous de multiples angles, tels que le paysage, le portrait, la nudité et le thème religieux, intégrant les derniers résultats de la recherche sur l’artiste et sur ses œuvres.


    Une grande exposition rétrospective de Foujita

    Les tableaux présentés proviennent, entre autres, du Centre Pompidou de Paris, du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, du Musée royal des beaux-arts de Bruxelles et du Musée du Petit Palais en Suisse, ainsi que de l’Art Institute de Chicago des États-Unis. Certaines de ces œuvres seront montrées pour la première fois au Japon.

    Parmi la centaine de tableaux accrochés, l’exposition nous montre dix nus dans des tons blancs laiteux, le style emblématique de l’artiste.


    Foujita aux multiples facettes

    L’exposition nous offre une occasion de redécouvrir la personnalité atypique de cet artiste, allant de son autoportrait aux lunettes rondes, à ses muses, à ses objets faits à la main disposés dans son atelier ou à ses chats bien-aimés.

    C’est aussi l’occasion de découvrir la technique originale employée par Foujita : il applique des couches successives d’huile, d’eau et de talc pour obtenir une finition de fond blanc dite « blancheur de lait » ou « blanc Foujita » sur laquelle il trace de fines lignes à l’encre noire.


    Les incontournables de l’exposition Léonard Foujita

    Ses débuts à Paris

    Foujita arrive en 1913 à Paris à l’âge de 27 ans. Il crée un art moderne et figuratif influencé par divers courants.  Il se lie, entre autres, avec Modigliani et Soutine.

    藤田嗣治 《二人の少女》 1918年 油彩・カンヴァス プティ・パレ美術館(スイス・ジュネーヴ)蔵 Photo: Studio Monique Bernaz, Genève © Fondation Foujita / ADAGP, Paris & JASPAR, Tokyo, 2017 E2833
    藤田嗣治 《二人の少女》 1918年 油彩・カンヴァス プティ・パレ美術館(スイス・ジュネーヴ)蔵  Two Girls 1918  Photo: Studio Monique Bernaz, Genève © Fondation Foujita / ADAGP, Paris & JASPAR, Tokyo, 2017 E2833


    Autoportrait des années 1920

    Parmi les autoportraits de Foujita présentés : celui du peintre avec une coupe au bol et lunettes rondes de 1921, juste après son arrivée à Paris ou celui entouré de ses objets préférés et de ses chats dans son atelier parisien.

     藤田嗣治 《自画像》 1929年 油彩・カンヴァス 東京国立近代美術館蔵 © Fondation Foujita / ADAGP, Paris & JASPAR, Tokyo, 2017 E2833
    藤田嗣治 《自画像》 1929年 油彩・カンヴァス 東京国立近代美術館蔵 Self-Portrait 1929 © Fondation Foujita / ADAGP, Paris & JASPAR, Tokyo, 2017 E2833 


    Portraits dans les années 1920

    Dans les années 20, l’artiste connaît ses premiers succès en tant que peintre oriental. Il reçoit plusieurs commandes de portraits de célébrités. Ses peintures font sensation au Salon d’automne.

    藤田嗣治 《エミリー・クレイン=シャドボーンの肖像》 1922年 油彩、銀箔、金粉・カンヴァス シカゴ美術館(アメリカ)蔵 © The Art Institute of Chicago / Art Resource, NY  © Fondation Foujita / ADAGP, Paris & JASPAR, Tokyo, 2017 E2833
    藤田嗣治 《エミリー・クレイン=シャドボーンの肖像》 1922年 油彩、銀箔、金粉・カンヴァス シカゴ美術館(アメリカ)蔵  Portrait of Emily Crane Chadbourne 1922  © The Art Institute of Chicago / Art Resource, NY
    © Fondation Foujita / ADAGP, Paris & JASPAR, Tokyo, 2017 E2833


    20 ans après la guerre : Tokyo, New York et Paris

    Après la Seconde Guerre mondiale, il quitte le Japon en 1949. Avant de s’installer à nouveau à Paris, il passe une année à New York.

    藤田嗣治 《カフェ》 1949年 油彩・カンヴァス ポンピドゥー・センター(フランス・パリ)蔵 Photo © Musée La Piscine (Roubaix), Dist. RMN-Grand Palais / Arnaud Loubry / distributed by AMF © Fondation Foujita / ADAGP, Paris & JASPAR, Tokyo, 2017 E2833
    藤田嗣治 《カフェ》 1949年 油彩・カンヴァス ポンピドゥー・センター(フランス・パリ)蔵  At the Café 1949 Photo © Musée La Piscine (Roubaix), Dist. RMN-Grand Palais / Arnaud Loubry / distributed by AMF © Fondation Foujita / ADAGP, Paris & JASPAR, Tokyo, 2017 E2833


    Tsuguharu Fujita (Léonard Foujita)

    1886 Naissance à Tokyo
    1905 Entrée au Tokyo School of Arts (l’Université des beaux-arts de Tokyo) pour étudier la peinture occidentale sous Seiki Kuroda
    1913 Arrivée à Paris, il s’installe à Montparnasse. Malgré la Première Guerre mondiale, il reste à Paris pour continuer à peindre.
    Vers le début des années 1920, après des années de recherche, il trouve l’illumination et met au point le blanc Foujita.
    1929 Il rentre au Japon temporairement. Puis il voyage en Amérique latine pendant deux ans et retourne au Japon.
    1939 Foujita revient à Paris et s’installe à Montmartre. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale le force dès 1940 à rentrer au Japon. Il produit des peintures sur le thème de la guerre.
    1949 Il quitte le Japon et, via New York, regagne Paris. Il acquiert la nationalité française en 1955.
    1959 Il se fait baptiser catholique dans la ville historique de Reims. Il produit, alors des œuvres sur le thème du christianisme signées Léonard Foujita (hommage à Léonard de Vinci) jusqu’à sa disparition en 1968, laissant une œuvre qui traduit sa double appartenance culturelle, à la fois japonaise et française.
* Les informations ci-dessus sont celles connues au moment de la publication et sous réserve de modifications.

page 1 « Description » / page 2 « Infos pratiques »

1 2
Share.

Comments are closed.