English 日本語       Guide de Tokyo - art, culture et sorties

Tokyo face à l’état d’urgence du Japon

0

 

Tokyo face à l’état d’urgence du Japon

 

 
Le Premier ministre du Japon Shinzo Abe a déclaré le 7 avril l’état d’urgence pour sept préfectures de l’archipel : Tokyo, Kanagawa, Saitama et Chiba dans la grande région métropolitaine ; Osaka, Hyogo et Fukuoka dans l’ouest du Japon.

Cet état d’urgence est entré en vigueur à minuit le jour même pour une période d’un mois jusqu’au 6 mai et jusqu’à nouvel ordre.

 


Etat d’urgence contre la propagation du COVID-19

La proclamation de l’état d’urgence au Japon se base sur la « loi spéciale » qui stipule les mesures exceptionnelles contre l’épidémie de coronavirus et de toute autre menace équivalente. Cette loi est en vigueur depuis la mi-mars de cette année.

Elle prévoit un état d’urgence et des mesures spéciales en cas d’épidémie, afin de protéger la vie et la santé des citoyens et de minimiser les effets néfastes sur leur vie et l’économie nationale.

Selon cette loi, le Premier ministre peut déclarer l’état d’urgence pour une zone spécifique (parmi les 47 préfectures) et une période de temps spécifique, et définit ainsi le champ d’application.

Il élabore également un plan d’action national.

Sur la base de l’état d’urgence et du plan d’action, les gouverneurs préfectoraux concernés mettent en œuvre ensuite des mesures spéciales contre l’épidémie.

 


Mesures de Tokyo pour l’état d’urgence

Les mesures prises par le gouvernement de Tokyo, en vigueur depuis le 11 avril à minuit, consistent principalement à faire des « demandes », comme stipulé par la loi susmentionnée.

Tokyo demande donc à ses habitants de s’abstenir de sortir et aux entreprises de certaines catégories de fermer ou de restreindre l’accès à leurs installations.

Pendant la durée de l’état d’urgence, continueront de fonctionner :
– les magasins de produits de première nécessité tels que les commerces alimentaires ou les pharmacies,
– les banques,
– la bourse,
– et tous les autres services indispensables au maintien du fonctionnement de la société.

Ces mesures n’entraînent pas l’intervention de la police, sauf en cas d’infraction à certaines ordonnances pour assurer la mise à disposition de fournitures médicales, etc.

 


Tokyo sans véritable « confinement »

En conséquence, de nombreux établissements de Tokyo sont fermés. Cependant les résidents peuvent toujours sortir pour faire leurs courses alimentaires ou autres.

Les trains resteront en service. Les employés ne seront, hélas, pas empêchés d’aller au bureau, si celui-ci reste ouvert malgré l’incitation à télétravailler.

Tokyo, pour le moment, ne fera donc pas de véritable « confinement », contrairement à ce qui se passe à Paris ou dans d’autres villes du monde.

Reste à savoir si la pression exercée pour faire respecter ces mesures, sans crainte de sanctions, permettra de ralentir la propagation du coronavirus dans la capitale nipponne.


* Pour plus de détails et par souci d’exactitude de l’information, consultezle site officiel du gouvernement métropolitain de Tokyo.

[/tab][/tabs] * Les informations ci-dessus sont celles connues au moment de la publication et sous réserve de modifications.

Share.

Comments are closed.