English 日本語       Guide de Tokyo - art, culture et sorties

Yôkaï à travers des œuvres d’art japonaises – Musée d’Edo-Tokyo

0

page 1 (1/2) « Description » 2 page suivante

  • From Eerie to Endearing:
    Yōkai in the Arts of Japan

    Edo-Tokyo Museum
    5 juillet – 28 août 2016

    English 日本語

    Depuis l’antiquité, les yôkaïs peuplent le monde folklorique japonais. Ces êtres surnaturels, mystérieux et fantasmagoriques offrent une large variété de genres et d’espèces. Cela va des êtres lugubres aux créatures anthropomorphiques. Avec l’électrification des villes, la lumière a remplacé l’obscurité qui contribuait à nourrir l’imaginaire des gens sur ces êtres étranges, présents dans d’innombrables récits populaires. Pourtant, ces créatures sont toujours là et continuent de vivre, bien sûr plus tellement dans notre quotidien, mais dans les mangas et les dessins-animés, par exemple.

    L’exposition « Yôkai in the Arts of Japan » explore ce fabuleux monde des yôkais, à travers des œuvres d’art japonaises sur plus de 4000 ans d’histoire. Ces nombreuses œuvres montrent comment et en quoi les apparences et caractéristiques des yōkaï ont évolué à travers le temps.

    Pendant l’ère Jômon (de 14000 à 300 av. J.-C) au Japon, les hommes ont créé des figurines d’argile de formes distinctives (« dogû »), peut-être par crainte de la Nature (les pièces présentées datent de 2000 av. J.-C.).

    Dans les temps anciens, les gens ressentaient la présence d’entités surnaturelles et d’esprits (« mononoké »), croyaient aux démons ou aux ogres (« oni »). Avec l’arrivée du bouddhisme au 6e siècle, la philosophie de la Terre Pure s’est propagée dans l’archipel à partir du 7e siècle. Ces présences ont alors été personnifiées en créatures de l’enfer (voir les rouleaux d’image de l’enfer et des Six Destinées « Rikudô », par exemple).

    À l’époque médiévale, ces êtres étranges ont pris diverses formes, comme on peut le voir sur un rouleau illustrant « la Parade nocturne des 100 démons » (16ème siècle, le Bien Culturel Important National).

    Dans le Japon prémoderne pendant la période Edo (17e – 19e siècle), le nombre de ces êtres a fortement augmenté. Ils sont alors représentés dans des livres illustrés, des œuvres d’ukiyo-é, ou encore des pièces de théâtre de kabuki. Ces yôkaïs ne sont plus seulement terrifiants et effrayants, mais peuvent aussi être tristes, pitoyables, voire comiques ou mignons! Ils sont alors interprétés par des Maîtres tels que Hokusai et KuniyoshiVous serez surpris de constater la continuité de cette culture japonaise jusqu’à aujourd’hui, par exemple dans le monde des mangas.

    Enfin, pour l’époque moderne, le « Yokai Watch » clôturera cette exposition incontournable sur le Yôkaï nippon.

    Yôkaï à travers des œuvres d’art japonaises – Edo-Tokyo Museum (article d’amuzen)Yôkaï à travers des œuvres d’art japonaises – Edo-Tokyo Museum (article d’amuzen)Yôkaï à travers des œuvres d’art japonaises – Edo-Tokyo Museum (article d’amuzen) Yôkaï à travers des œuvres d’art japonaises – Edo-Tokyo Museum (article d’amuzen)Yôkaï à travers des œuvres d’art japonaises – Edo-Tokyo Museum (article d’amuzen)Yôkaï à travers des œuvres d’art japonaises – Edo-Tokyo Museum (article d’amuzen)

* Les informations ci-dessus sont celles connues au moment de la publication et sous réserve de modifications.

page 1 « Description » / page 2 « Infos pratiques »

1 2
Share.

Comments are closed.